Kaki bien mûr

167

Le kaki est un fruit qui contient beaucoup d’antioxydants, de vitamine C, de pro-vitamine A. Il est riche en minéraux, principalement en potassium, mais aussi calcium, phosphore, et de petites quantités de magnésium et de sodium, ainsi que des oligo-éléments variés (fer, cuivre, zinc, manganèse… ). Il semblerait qu’il puisse être aussi bénéfique que les bananes, pour ceux qui ont des crampes dans les pieds ou les mollets la nuit, en plus il est local : zéro CO2 pour sa production et son transport.
Mais il faut le manger uniquement à maturité COMPLETE, quand il est MOU et paraît BLET. Sans cela, vous risquez d’en être dégouté tellement il est astringent ! Bien mûr, il se mange à la petite cuillère après avoir arraché le pédoncule : photo ci-dessus. L’intérieur a une consistance rappelant la compote, plutôt qu’un fruit. On ne mange pas la peau.
Celui ci-dessous n’est pas assez mûr : il est moins sucré, moins bon. Du coté où la cuillère tient droite, il est légèrement astringent.


C’est l’arbre à avoir chez soi pour qui recherche une alimentation de qualité. Il permet une certaine autonomie en fruits en fin d’automne et en hiver. On peut aussi en congeler (mûr, car cela ne les fait pas murir contrairement à ce que croient certains), pour en bénéficier plus longtemps. Il est également possible d’en faire de la compote, ou de la confiture. Certains aiment, moi non, je préfère nettement en congeler.
C’est un arbre rustique qui ne craint pas la sécheresse, ni la chaleur. Originaire de Chine, où c’est un des fruits préférés, il est bien implanté dans le bassin méditerranéen.
Les premiers fruits mûrs sont mangés par des oiseaux. Si les oiseaux les mangent sans vous en laisser de mûrs, il est possible de les ramasser dès qu’ils sont très colorés mais encore fermes. A ce stade de maturité, les oiseaux n’y touchent pas : manifestement eux aussi attendent qu’ils soient excellents, car blets et sans tanins astringents. Pour ne pas abimer les fruits, je les coupe avec un sécateur, ainsi ils se conservent bien.
Puis gardez les dans une cave ou un garage bien frais, ou au réfrigérateur, jusqu’à ce qu’ils soient mous et bien mûrs. Ensuite seulement, on peut les congeler.
Cet automne, les fruits de notre arbre (plaqueminier de Chine) ont mûri plus tard que d’habitude, et mi-janvier 2024 il en restait encore.
L’arbre ci-dessous a environ 40 ans. Les photos sont de début janvier. Le retard dans la maturité est lié à la météo de 2023. Malgré les sécheresses à répétition, cet arbre n’est jamais arrosé.

Il existe une autre variété récente : fuyu, dite aussi kaki-pomme, non astringente. Les fruits se récoltent dès le milieu de l’automne, et se mangent croquants. Ils sont donc plus faciles à transporter et à vendre.
Ceux qui n’aiment pas les autres kakis les préfèreront. Mais les amateurs de kakis les trouveront fades !
Avoir les 2 variétés chez soi permet d’étaler la période de récolte.