Réduire fortement le nombre de moustiques

541

Pour cela, il vous faut nettoyer votre environnement, si possible à 150m à la ronde. Et aussi fabriquer des pièges à moustiques : simple et gratuit c’est expliqué là, cliquez.

Sans les pièges, je pense que cette année nous ne pourrions pas manger en terrasse le soir, ce que nous ne faisions plus en fin d’été 2021.

Autour de notre hameau, en 2021 et début 2022, nous avons fait un GROS nettoyage de tout ce qui pouvait garder de l’eau stagnante. Puis j’ai disposé une douzaine de pièges. Malgré les pluies régulières, qui favorisent les points involontaires d’eau stagnante, cette année nous avons BEAUCOUP MOINS de moustiques qu’en 2021. Mais, malgré tout, nous en avons un peu plus qu’en 2022 où la sècheresse nous avait bien aidé. Nous continuons donc le nettoyage de notre environnement, jusqu’aux 150 mètres préconisés.
Une moustique femelle pond 50 à 200 oeufs en une à 6 semaines. Si vous ne faites rien, vous aurez de plus en plus de moustiques.

Le moustique tigre peut vous transmettre la DENGUE, le CHUICUNGUNYA, ou le ZIKA. Maladies qui, avant, étaient uniquement « importées » en France métropolipaine, depuis nos DOM-TOM ou l’Afrique.
En 2022, il y a eu 65 cas de dengue identifiés en métropole, et reconnus comme cas autochtones (source Santé publique France), contre 48 cas cumulés sur les 10 années précédentes. L’augmentation est directement liée à l’augmentation du moustique tigre. La hausse des températures est propice au développement de ce dernier, qui « remonte » vers le nord de la France. Et arrive dans les hameaux isolés en… voiture… Tout comme parti des environs de Nice, il a remonté la vallée du Rhône via les aires de l’autoroute A7 !

Le 20 juillet, juste avant le marché de St Martin, j’ai vidé le contenu de 2 pièges dans un bocal. Certains d’entre-vous ont pu voir grouiller une vingtaine de larves. Deux pièges bien sélectionnés, car d’autres n’avaient aucune larve. Ceux dans un coin plus ombragé, avec un peu de végétation attirent plus.
Au retour du marché, j’ai enlevé le joint qui m’a été utile seulement pour le transport. Depuis, ça respire, ça vit, et j’observe ce bocal posé à l’ombre. Aujourd’hui, à J+9, photo du haut, il est toujours aussi grouillant de larves, il y a des moustiques qui volent ou sont posés sur la surface, et d’autres morts en surface ou au fond pour ceux morts dès les premiers jours.
De temps en temps je secoue le bocal, pour qu’ils meurent vite noyés, et pas de faim. Cela représente des centaines de moustiques qui ne piqueront personne, et ne contribueront pas à l’augmentation exponentielle du nombre.

Photo à J+2 : on distingue nettement un moustique tigre
A J+1 que des larves, de probablement 3 sortes de moustiques différents.

Cette année, il semble que nous ayons un nouveau moustique : des piqures brulent plus fort pendant quelques minutes, ou longtemps ceux qui ont le tord de se gratter ! Déposer un glaçon sur les piqures est très efficace, tout comme frotter avec des feuilles de plantain. Pour les enfants, je leur donne un glaçon dans un gant mouillé : ils passent le gant au lieu de se gratter. L’effet est plus rapide que les pommades ou le plantain.

A noté : j’avais changé l’eau de ces 2 pièges une dizaine de jours avant. Le premier moustique est apparu le 2ème jour : il a dû naitre d’une ponte qui a eu lieu 12 jours avant. D’ici peu, il n’y aura plus de vie dans ce bocal, puisqu’il ne peut pas recevoir de nouvelles pontes. 🙂

1er septembre 2023 : manifestement les éclosions s’échelonnent car, 7 semaines après avoir rempli ce bocal, il y a toujours quelques larves. Les 2 pièges vidés dans ce bocal contenaient manifestement des centaines d’oeufs, et ont empêché des centaines de larves de se transformer en moustiques qui s’envolent nous piquer.