CYNORHODON : vitamines C et plus gratuites

1859

C’est vraiment la PLANTE SANTE de l’hiver !
Le faux-fruit de l’églantier, gratte-culs, pour lequel il n’y a pas de confusion possible, est très fastidieux à cuisiner (dommage, car 50 % de sa vitamine C résiste à la cuisson ! Réf : Bernard Bertrand dans son livre « Carnet de cuisine sauvage », éditions de Terran.) Toutefois, les patients et courageux trouveront des recettes sur le site en lien ci-dessous. Allez visiter ce site car vous y trouverez aussi d’autres idées délicieuses pour conserver 100% de la vitamine C.

Mais voici une « infusion froide » très simpliste à faire et efficace pour booster votre immunité, ou si vous attrapez un rhume ou la grippe ou autre. Très rapide à préparer, il faut anticiper à minima de quelques heures, ou alors faites là à l’eau chaude, vu que la vitamine C du cynorhodon résiste même à la cuisson.
Cueillir 3-4 baies, les laver, les couper en 2 et les mettre à tremper dans un verre d’eau le soir. Boire l’eau le matin après l’avoir filtrée, avec une passoire à thé, sans quoi cela pourrait vous gratter la gorge ! Riche en vitamine A, B2 et surtout C (avec la synergie de la baie, bien supérieure à celle de vitamines «industrielles» ! )
Personnellement, l’hiver, j’en ai toujours d’avance dans ma cuisine. Il se garde très bien : il sèche, et devient juste un peu plus difficile à couper. Le couper avant, il n’en sèchera que plus vite 😉

Murs et écrasés

Les gelées le font murir en le rendant blette, cela n’altère en rien ses propriétés et le rend plus facile à couper ! On peut alors en extraire sa pulpe juste en le pressant : à déguster en balade. Ne pas trop les presser pour faire sortir que la pulpe, pas les poils irritants !
Selon les années, même sans gelée, on en trouve de bien mûrs dès novembre : ils s’écrasent entre les doigts quand on les cueille.

Pour « tout » savoir sur cette baie, voir le site de cette professionnelle : https://plantes-sauvages-comestibles.com/comment-utiliser-le-cynorrhodon/ De très loin, le meilleur site que je connaisse sur les plantes sauvages comestibles !

Peu mûrs
Bien mûrs, en une nuit, ils colorent l’eau

1ère publication décembre 2019