CYNORHODON : vitamines C et plus gratuites

2223

C’est vraiment la PLANTE SANTE de l’hiver !
Le faux-fruit de l’églantier, gratte-culs, pour lequel il n’y a pas de confusion possible, est très fastidieux à cuisiner (dommage, car 50 % de sa vitamine C résiste à la cuisson ! Réf : Bernard Bertrand dans son livre « Carnet de cuisine sauvage », éditions de Terran.) Toutefois, les patients et courageux trouveront des recettes sur le site en lien ci-dessous. Allez visiter ce site car vous y trouverez aussi d’autres idées délicieuses pour conserver 100% de la vitamine C.

Mais voici une « infusion froide » très simpliste à faire et efficace pour booster votre immunité, ou si vous attrapez un rhume ou la grippe ou autre. Très rapide à préparer, il faut anticiper à minima de quelques heures, ou alors faites là à l’eau chaude, vu que la vitamine C du cynorhodon résiste même à la cuisson.
Cueillir 3-4 baies, les laver, les couper en 2 et les mettre à tremper dans un verre d’eau le soir (si oubli, les mettre le matin pour midi, ou même juste quelques minutes dans de l’eau chaude). Boire l’eau le matin après l’avoir filtrée, avec une passoire à thé, sans quoi cela pourrait vous gratter la gorge ! Riche en vitamine A, B2 et surtout C (avec la synergie de la baie, bien supérieure à celle de vitamines «industrielles» ! )
Personnellement, l’hiver, j’en ai toujours d’avance dans ma cuisine. Il se garde très bien : il sèche, et devient juste un peu plus difficile à couper. Le couper avant, il n’en sèchera que plus vite 😉

Mûrs et écrasés

Les gelées le font murir en le rendant blette, cela n’altère en rien ses propriétés et le rend plus facile à couper ! On peut alors en extraire sa pulpe juste en le pressant : à déguster en balade. Ne pas trop les presser pour faire sortir que la pulpe, pas les poils irritants ! Entrainez vous, tout le monde n’y arrive pas au 1er coup : pressez prêt du bout préalablement coupé, pas « sous » les graines ! !
Selon les années, même sans gelée, on en trouve de bien mûrs dès novembre : ils s’écrasent entre les doigts quand on les cueille.

Pour « tout » savoir sur cette baie, voir le site de cette professionnelle : https://plantes-sauvages-comestibles.com/comment-utiliser-le-cynorrhodon/ De très loin, le meilleur site que je connaisse sur les plantes sauvages comestibles !

Peu mûrs
Bien mûrs, en une nuit, ils colorent l’eau

1ère publication décembre 2019