Visite de « notre » centre de tri

116

Suite à une visite, organisée le 23 novembre 2023 par notre communauté de communes, voici une visite en image du centre de tri Métripolis de Portes Lès Valence. Ce centre trie les emballages ménagers et papiers, soit le contenu de tout ce que nous déposons dans les bornes jaunes. Cette visite était gratuite, avec transport en bus depuis St Vincent de Barrès, et ouverte à chaque citoyen volontaire.
D’autres visites peuvent être organisées pour des groupes (écoles, collèges, lycées associations) : contactez la ComCom ( Émilie Roussillon 06 40 19 68 06).

Il nous a été rappelé que les emballages ne doivent PAS être empilés les uns dans les autres, surtout s’ils sont en matériaux différents, pour être bien triés par les robots. Cliquez ici, pour voir comment vite jeter le contenu de votre sac de tri sans reprendre les emballages un par un dans votre sac de tri.

Ci dessous, une benne qui vient d’arriver et contient une toute petite partie des 150 tonnes de déchets journaliers reçus sur ce site de tri.
150 tonnes/jour = une moyenne, notre région touristique en reçoit bien plus les jours d’été. Cela représente la totalité des bornes jaunes de Drôme, et environ les 2 tiers de celles de l’Ardèche (carte tout en bas de cet article) dont celles de notre ComCom.

Un immense hangar permet de stocker les déchets, en attendant qu’ils soient triés. L’image n’en montre qu’une petite partie. Pas si petite que ça : le GROS camion vous donne l’échelle !

Les emballages métalliques sont triés tout simplement par des aimants.
Pour le reste tapis roulants et robots se succèdent….

Il y a dix ans dans cette usine, le tri était entièrement manuel. Actuellement, des robots y contribuent, et sont régulièrement reprogrammés, pour trier de mieux en mieux. Grâce à des caméras, ils identifient les déchets et les répartissent en fonction de leur nature. C’est un des usages positifs de l’I.A.
A gauche de la photo, vous voyez la tête du robot : elle est vide. Ses mouvement sont très rapides : il trie beaucoup plus vite qu’un humain.

Là du plastique est trié par le robot :

Évitez d’emboîter les pots de yaourts, et autres pots, les uns dans les autres ! Même si les robots progressent, s’il y a trop de pots empilés, ils risquent de ne pas reconnaître le déchet. Il est également mieux de séparer l’opercule du pot : ce sont 2 matériaux différents. La taille d’un opercule est suffisante pour qu’elle soit reconnue par le robot. Les déchets dont la taille est supérieure à la paume de notre main sont identifiés.

Ci-dessous, du papier séparé du reste. Ce déchet va être compacté en « ballots » qui seront destinés à une usine de recyclage.

En jaune, la « table de tri » du PET clair. Le PET de couleur est sur une autre table. Toutes les bouteilles en plastique sont en PET.
Boire l’eau du robinet et moins de soda permet de diminuer ce type de déchet. Des économies potentielles pour certains consommateurs, et pour la ComCom. Le recyclage est MOINS cher que l’enfouissement des poubelles grises, toutefois il a un coût ! Le recyclage est en partie financé par la vente des matériaux après leur tri. Le « retour » aux bouteilles en verre n’est pas envisagé : trop lourd. (Le verre a l’avantage de pouvoir être recyclé quasi à l’infini, ce qui n’est pas du tout le cas du plastique. 3 fois est un maximum pour ce dernier. )
Métripolis a 8 tables de tri, dont 5 avec des opérateurs, qui contrôlent et achèvent le travail des robots.
Les équipes travaillent en 2×8, il y a 11 agents de contrôle qualité par équipe.

Lorsque le tri est fini, les déchets sont compactés en ballots, avant leur transport vers des usines, carte de la localisation de ces usines plus bas.

Il y a de moins en moins de rebut de tri. Même les emballages individuels de gâteaux et les opercules de desserts individuels sont triés puis valorisés.
Les tout petits bouts de papier, les tout petits bouts de plastique, (tous ceux plus grands que la paume de la main sont triés) et quelques types de plastique non encore recyclés, serviront de combustible à des centres d’incinération. C’est mieux que s’ils finissent enterrés à Roussas (26).
Nous avons vu 4 bouteilles de gaz, récupérées par un agent qualité de la table de tri des gros cartons. Elles n’avaient rien à faire dans une benne jaune. Celles semi-enterrées permettent ce genre d’abus, car elles ont une grande ouverture : c’est pour que l’on y dépose plus vite le contenu de nos sac de tri.

Ces ballots de plastique seront transformés en granulés de plastique par des usines de recyclage ; il y en a plusieurs en France. Puis ce granulé est vendu à l’industrie plastique qui fabriquera de nouveaux objets.

Si vous voulez que nous vous envoyons une image plus grande et plus lisible de ces cartes, envoyez-nous un mail. Ou participez à une prochaine visite, vous en saurez encore plus 😉

Les centres de valorisations regroupent le contenu des « petits » camions qui relèvent nos bennes, puis livrent le contenu des bornes jaunes, par grosses bennes, au centre de tri Métripolis de Portes Lès Valence.

Le VERRE est livré ailleurs, où il sera recyclé. Le verre recyclé est beaucoup moins cher que la production de verre à partir de matières premières. Moins cher en euros ET en énergie (moins de sable, moins de pétrole) : le bénéfice est donc aussi pour la planète !
Le verre est lourd, or une tonne de déchets enterrés coûte environ 250€ ! Le prix des terrains et du gasoil augmentant, ce coût est malheureusement voué à augmenter….

1ère publication 23 novembre 2023.