Valorisons les emballages et les « déchets »

276

Savez-vous que tout ce qui est mis dans les poubelles grises coute environ 250€ la tonne à nos communes ? Les déchets représentent le premier poste de dépense de notre Communauté de Communes, et c’est le cas sur la plupart des ComCom. Ce coût à la tonne est malheureusement en augmentation pour diverses raisons, dont le coût du transport routier, et celui de l’enfouissement qui nécessite toujours plus de terrain…
Quel gâchis inutile, alors qu’actuellement environ la moitié de ce qui est mis dans les poubelles pourrait être valorisé, si chacun de nos concitoyens triaient et mettaient dans le « bon » bac de tri.

Le VERRE, qui est mis dans les conteneurs verts de notre ComCom et ailleurs en Ardèche, est transformé à Lavilledieu et 30 millions de bouteilles sont fabriquées à Labégude. Lorsque tout le verre sera bien trié, car malheureusement on voit encore quelques bouteilles et bocaux dans nos poubelles grises, cela contribuera à fournir encore plus de TRAVAIL aux ardéchois…. De plus le verre recyclé demande moins d’énergie et coute moins cher que le verre fait à partir de sable.

Tous les emballages doivent être mis dans les bacs de tri jaune, plastique, cannettes, boites métalliques, papiers, petits cartons. Pensez à bien y mettre tous vos emballages en plastique et pas seulement les bouteilles : vous fournirez plus de travail à l’usine qui est en Drome.
Une astuce pour jeter tout ça vite et de façon rapide et optimisée : c’est ici.

Les gros cartons vont dans une borne spécifique, de couleur bleue.

Au 1er janvier 2024, il sera interdit de mettre des bio-déchets dans les poubelles d’ordures ménagère.
Tous les déchets alimentaires et végétaux peuvent être transformés, via un compost, en un amendement organique comparable à l’humus de la forêt : le compost que certains achètent fort cher en jardinerie. Si vous attendez quelque mois de plus, le compost se transforme en terreau gratuit, contrairement à celui des jardineries.
Tout déchet végétal peut être composté, sauf des plantes ayant eu la hernie du choux, pour ces plantes là il existerait même une dérogation à l’interdiction de bruler les végétaux : à vérifier si vous êtes concerné. Sur les terrains calcaires, cette maladie ne se développerait pas.
Si vous n’avez pas de compost, demandez à vos voisins qui en ont un, ou un tas de fumier, si vous pouvez déposer vos biodéchets avec les leurs. Ou, si vous avez un bout de jardin, cliquez ici pour savoir comment en créer un. Avant la fin de l’année, un point de compost collectif sera installé au Supérieur.
Même sur une commune rurale comme la notre, il reste une grosse marge de progrès ! Prenons cela positivement : le poids de nos poubelles grises va diminuer si tout le monde s’y met 🙂 L’argent de la ComCom pourra ainsi être utilisé pour d’autres choses ! !

En aucun cas on ne peut déposer au sol, et encore moins jeter par les fenêtres des voitures, des déchets, ou des objets. Y compris (surtout !), si leur place est à la déchèterie de Cruas et que vous trouvez que « c’est loin » !
Ne déposer PAS de pain sec dans le parc des chevaux ni du bétail… trempé par une pluie il peut étouffer une vache aussi bien qu’un cheval ! Même bien sec, et sans pluie, ce n’est pas un aliment à donner en grande quantité aux chevaux, un quignon par jour leur suffit. Mettez le à disposition des paysans, à l’abri de la pluie.

Pour ceux qui veulent « aller plus loin », il est possible de mettre cannettes en alu et bouchons en plastique à part, devant l’école, ou au point de tri du Supérieur. Pour en savoir plus sur à qui profite notre collecte de bouchons en plastique et de cannettes, regardez nos 2 articles dans la page d’accueil de notre site. Le travail que font toutes ces assos pour récupérer et valoriser ces « déchets » prouve bien qu’ils ont une VALEUR !

Les écoliers de St Martin, et beaucoup de nos concitoyens ont compris l’intérêt et « joue le jeu » ! Un grand MERCI à eux.

Le DON :
Les jouets qui ne servent plus, mais en bon état, peuvent être déposés dans une cabane à l’entrée de l’école, idem pour les livres d’enfants.
Les livres et revues, en bon état, peuvent être déposés dans une boite à livre devant la mairie, à coté de l’escalier.
J’ai vu, et récupéré, des pots en plastique ayant contenu des fleurs devant un bac de tri jaune. Pourquoi pas, pour ce type d’article qui ne craint pas la pluie. Toutefois, cela constitue un dépôt « sauvage » et doit rester l’exception : à réserver me semble-t-il à ce type d’objet peu encombrant, peu fragile, et dont on est certain que beaucoup de personnes pourront en avoir l’usage.